Précédent
Suivant

Presse

La presse : son offre, ses lecteurs et ses défis

Synthèse

La presse est la 1ère source d’information des Français. Elle a su effectuer le passage au numérique grâce à des investissements importants. Elle est la troisième filière en termes de chiffres d’affaires et le sixième employeur du secteur culturel.

La presse française est la référence en tant que source d’information reconnue et plébiscitée. Elle concentre l’expertise éditoriale de 25 000 journalistes, soit 2/3 des journalistes français. Plus de deux tiers des Français (69%) âgés de 15 ans et plus sont lecteurs d’un titre de presse chaque jour, 43 % des Français lisent au moins un quotidien par jour (31,8 millions) et 53% un magazine (27,3 millions). L’édition presse et magazine se caractérise par sa diversité au sein de grandes catégories que sont la presse quotidienne nationale et régionale, la presse hebdomadaire et la presse gratuite. Les Français lisent ainsi en moyenne 7 titres différents régulièrement : 1,5 quotidien et 5,5 magazines.

La stratégie numérique du secteur a consisté à étoffer l’offre éditoriale et à diversifier les canaux de diffusion, en investissant à l’occasion de l’apparition de chaque technologie nouvelle. Cette stratégie est couronnée de succès puisque les audiences digitales sont aujourd’hui massives, et permettent de toucher un lectorat plus large, diversifié et rajeuni.

Focus

Le numérique et les nouveaux usages de la lecture

Près de 30 millions de Français sont aujourd’hui lecteurs de presse numérique (via les ordinateurs, les tablettes ou les mobiles…). Ce lectorat continue de progresser. Le numérique a ainsi permis de développer l’offre de titres, et d’étoffer le contenu éditorial tout en les adaptant aux nouveaux usages. Dans cette logique de diversification, les différents supports numériques et « papier » jouent un rôle complémentaire plutôt qu’exclusif. La presse, notamment grâce à ces développements numériques, a gagné la bataille de l’audience. Le modèle économique du numérique n’a cependant pas encore atteint sa maturité. Pour autant, les choses changent. La presse commence à s’affranchir de la logique de gratuité, particulièrement prégnante sur le digital, en développant des offres éditoriales numériques à très forte valeur ajoutée, qui gagnent l’intérêt des internautes.

Le plus

La presse française est un exportateur important sur le marché des industries culturelles. Les ventes à l’étranger représentent 20% de son chiffre d’affaires, grâce notamment à ses tirages magazines. Elle développe ainsi des titres reconnus à l’étranger, comme le magazine « Elle ». Le célèbre hebdomadaire féminin est l’une des marques phares du groupe Lagardère Active. Créé en France en 1945, il est aujourd’hui présent dans plus de 60 pays avec 43 éditions en format papier et numérique. Elle peut ainsi concurrencer directement les produits américains, tels que Vogue, et ainsi se positionner comme leader mondial. La francophonie constitue également un vecteur important de développement de la presse française à l’international.

Ils l'ont dit

« Parallèlement, la presse a créé des audiences massives sur le numérique, ce qui constitue d’ailleurs l’une de ses principales évolutions récentes : 25 millions d’internautes, 9 millions de mobinautes, 2 millions d’utilisateurs de tablettes consultent maintenant chaque mois les sites de presse. Ces audiences ont été créées ex-nihilo, en moins de 10 ans, notamment auprès des jeunes générations »
Denis Bouchez – Directeur du Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale et directeur de l’Association de la Presse d’Information Politique et Générale

« Devenir le 1er média économique signifie pour un journal, comme les Echos, être présent non seulement sur le papier mais aussi sur internet et en particulier sur tous les devices. Le quotidien a su également adapter son discours en fonction du média dans lequel il s’exprime. La chance des Echos est de disposer de média de temporalités différentes (mensuel avec Enjeux-les Echos, quotidien avec les Echos, permanent avec internet). »
Francis Morel, PDG du Groupe Les Echos