Précédent
Suivant

Livres

Physique ou numérique, au coeur du quotidien des Français

Synthèse

Le livre tient une place de choix dans les habitudes culturelles des Français, dans un secteur marqué par une offre importante et très diversifiée. 89% des Français déclarent avoir lu un livre sur les douze derniers mois, et un tiers plus de 10 livres par an. La fiction (25% des exemplaires vendus), les livres jeunesse (20.5%) et la bande-dessinée attirent ces lecteurs. Près de 450 millions d'ouvrages ont ainsi été vendus en 2011. La situation de ce marché tient entre autres à son hétérogénéité et son maillage extrêmement dense. Sur le plan de l’édition, de grands groupes mondiaux coexistent à côté d’acteurs indépendants, ce qui contribue à la diversité éditoriale du secteur. Il en est de même pour la distribution. La France se situe en tête de l’Europe avec 25 000 points de vente, dont 2 500 qui vendent principalement des livres. Les libraires jouent un rôle clé auprès des lecteurs, source de conseils aussi bien pour les supports physiques que numériques. Notons la part de marché des librairies indépendantes qui s'élèvent à 24%.

Enfin, la bonne santé du secteur s’explique aussi par la Loi Lang de 1981. La loi pour le prix unique du livre a permis une modération des prix.

Focus

Le livre numérique

Les ventes de livres numériques ont représenté 81 millions d’euros en 2012 (3% du marché total). Une tendance qui va augmenter dans les prochaines années. Le livre numérique tient moins d’une transition du papier à l’écran que d’un enrichissement progressif des usages de la lecture, par le biais de ces nouveaux supports (tablettes, smartphones…) dont la qualité s’améliorera dans les prochaines années.

Son usage sera également facilité et étendu grâce au nouveau contrat d’édition entre éditeurs et auteurs, qui prend désormais en compte ces supports. Les manuels scolaires et parascolaires commencent également à passer au format numérique et représentent ainsi un pan de développement important avec notamment les possibilités de contenu multimédia interactif.

Le plus

La révolution numérique dans le secteur du livre comprend aussi la numérisation des fonds, que ce soit à travers les développements de prêt numérique dans les bibliothèques, ou par les initiatives françaises telles que Gallica ou Gutenberg, pour la numérisation des fonds des bibliothèques nationales et la mise en ligne pour tous. Initiatives reprises dans divers pays, notamment à l’échelle européenne avec la bibliothèque virtuelle de l’Union Européenne : Europeana.

Ils l'ont dit

« Le maintien d’un tissu dense de libraires est une garantie essentielle du maintien d’une diversité culturelle que la librairie porte à elle seule, en promouvant des livres que d’autres canaux de vente ne peuvent soutenir avec autant d’ardeur. Il n’est pas rare que 10 % des ventes d’un ouvrage soit le fait d’un seul libraire, qui s’entiche d’un livre, qui le porte et permet ainsi leur existence. Sans ces libraires, nombre d’ouvrages ne verraient pas le jour. La Procure réalise ainsi fréquemment 10 % de vente de ces ouvrages et 50% pour les ouvrages plus spécialisés, théologiques notamment. Ce réseau maintient également la vie des centres villes. Ces librairies sont des commerces de proximité qui animent et valorisent la ville résistant ainsi à l’attraction des centres commerciaux. Ce sont des lieux de brassages culturels et d’échanges entre les gens de toutes catégories sociales. »
François Maillot, Directeur général de La Procure

« L’édition est un secteur actif et dynamique : 7 des 10 plus grands groupes du monde sont européens. Les éditeurs de jeunesse par exemple s’exportent bien : certaines maisons d’édition françaises sont présentes dans une cinquantaine de pays et ont vendu au fil du temps des dizaines de millions d’exemplaires dans toutes les langues »
Vincent Montagne – Président du Syndicat National du Livre